La maitrise de Fougères

L’Abbé Joly, curé de Saint Léonard en mars 1893 confie à l’Abbé Chevrolier la mise en œuvre d’activités auprès de jeunes militaires du 10ème escadron du train des équipages en garnison dans la ville. Mais de militaires attires, peu ou point.   Ce local "qui n’avait ni façade ni pignon sur rue, tout juste un grenier dans lequel on montait par une échelle de meunier" attire les jeunes paroissiens. La Psalette de Saint Léonard vient de naître...

Psallette
vient du grec « psaltes » chanteur qui s’accompagne d’un psaltérion, une cythare. L’Abbé Joly, curé de Saint Léonard en mars 1893 confie à l’Abbé Chevrolier la mise en œuvre d’activités auprès de jeunes militaires du 10ème escadron du train des équipages en garnison dans la ville. Mais de militaires attires, peu ou point. Ce local "qui n’avait ni façade ni pignon sur rue, tout juste un grenier dans lequel on montait par une échelle de meunier" attire les jeunes paroissiens. La Psalette de Saint Léonard vient de naître...

La Fête Dieu de 1893 est la première manifestation officielle des choristes. Le 6 août 1941 la Psallette devient Maîtrise paroissiale, puis le 7 décembre 1960 association déclarée au journal officiel selon les lois de 1901. De l’Abbé Charbonnel, à Victor Delin, de l’Abbé Jégu à Alain Chérel, du premier président Hyacinthe Jehannin au président d’aujourd’hui, Gérard Blot, la chorale grandit et s’impose, intègre les jeunes filles pendant la guerre 14-18, anime la vie liturgique paroissiale, son rôle premier, chante dans les quartiers, à l’hôpital, se promène, joue dans les opérettes et les  « Livres vivants », offre aux fougerais des concerts grandioses et variés de musique sacrée, de chants profanes, s’ouvre à une chorale d’enfants en 1985, enregistre des microsillons 33 tours, des CD, échange avec l’Allemagne, la Pologne, la Russie, les Etats-Unis .

Alain Chérel, trompettiste de formation, succède au Père Jégu en 1979. Il est le premier directeur laïc, Maître de Chapelle. Il dirige la centaine de membres de l’association et du chœur d’enfants, d’une dynamisante énergie, passionnée, imaginative et enrichissante. Il s’entoure de l’aide précieuse et sans faille de la pianiste Madame Maryvonne Rouault puis de celle de Madame Marina Fiérain-Belorogodtseva. On citera aussi le nom des organistes qui ont collaboré avec la Maîtrise : Mr Chausseblanche, élève de César Franck, Mr Francis Malin, Mme Thérèse Aubrun, Mme Anne Klienkoff.